FLASH INFOS
:
ArabicEnglishFrench

WhatsApp_Image_2021-01-28_at_13.40.58.jpeg

WhatsApp_Image_2021-03-28_at_22.56.08_1.jpeg

Tchad : l’UJT révise les textes et lois régissant la presse Tchadienne


F52254C0 F391 4A4E BC4E 47B403B8488E

L’Union des Journalistes Tchadiens (UJT), en collaboration avec le ministère de la réconciliation nationale, a lancé ce vendredi 17 juin 2022, un atelier pour  revisiter  les textes et lois réglementant la presse au Tchad. Cet atelier sera sanctionné demain samedi 18 juin 2022.

Les textes et lois qui régissent l’univers médiatique tchadien seront revus. L’Union des journalistes tchadiens (UJT), en collaboration avec le ministère de la Réconciliation nationale et l’Institut international d’assistance électorale pour la démocratie (IDEA),  a décidé de revoir les lois et textes qui guident le métier des hommes des médias au Tchad.

Cette relecture touchera deux aspects des textes et lois de la presse tchadienne. Il s’agit notamment de clarifier la situation de la presse écrite en ligne, des blogs, des réseaux sociaux et des radios et télévisions sur Internet ; et de définir les attentes des journalistes à l’issue du dialogue national inclusif afin de faciliter à la profession une contribution positive pour la construction de la paix.

La presse tchadienne disposera, à la fin du dialogue national inclusif des nouveaux textes et loi réglementaires qui remplaceront ceux en vigueur depuis 30 ans. Les responsabilités entre medias anciens et nouveaux seront clairement définies’’, a indiqué  le président de l’Union des journalistes tchadiens, Abbas Mahamoud Tahir. Les travaux prendront fin le 18 juin.

Pour rappel, en 2018 le Tchad a réajusté ses textes sur la presse. L’ordonnance n°025 portant régime de la presse écrite et média électronique au Tchad, et l’ordonnance n°16/PR/2018 portant attributions, organisation et fonctionnement de la Haute Autorité des Médias Audiovisuels (HAMA), ont été adoptées par les députés à leur séance plénière le 26 novembre 2018, au Palais de la Démocratie à N’Djamena, puis promulguées par le président de la République.